Réinitialiser

THEMATIQUES COSMETIQUES 2024

C'est parti pour une nouvelle année riche en projets

LIRE l'article

DE BIOTECHNOLOGY A BIOTH-ECOLOGY

DECOUVREZ LA GENESE DU PROJET

Lorsqu’on demande à Romuald Vallée ce qu’est le concept de bioth-ecology, il répond «l’écologie du futur». Ce mot est bien sûr tiré du mot biotechnologie. Selon l’entreprise et son directeur, continuer de puiser dans les réserves de la planète n’est plus une solution durable. De plus, il est clair que cela devient un critère d’achat de plus en plus important pour les consommateurs. En effet, 67 à 75% des consommateurs disent qu’ils seraient intéressés dans des ingrédients produits scientifiquement, dont la qualité est comparable aux ingrédients naturels, ainsi que par des ingrédients qui préservent les ressources naturelles. Quelles sont les différentes stratégies qu’une entreprise peut adopter pour répondre aux attentes des consommateurs ?


La première stratégie consiste à récolter prudemment les plantes et algues sauvages, en respectant leur cycle de vie et les règles de récolte. Mais cette solution n’est pas durable. En effet, cette stratégie ne peut pas fonctionner ad vitam aeternam, surtout lorsqu’il s’agit d’organismes à la reproduction laborieuse et à la croissance lente. La deuxième solution est de cultiver des plantes et des algues en serre ou dans des champs. C’est bien sûr une solution bien plus vertueuse, mais elle n’est pas adaptée à toutes les matières premières que nous pourrons utiliser. Par exemple, il est impossible de créer un champ d’organismes microscopiques.


C’est ainsi que nous arrivons à une troisième stratégie. Celle des biotechnologies, c’est-à-dire les technologies du vivant. Cette technologie permet de cultiver le vivant sans jamais exercer de pression sur la nature. Pour ce faire, Codif Technologie Naturelle prélève un micro-organisme dans la mer avant de le placer dans une bio-banque. L’entreprise dispose de trois banques au total, deux en Bretagne et une à l’Institut Pasteur. Ainsi, l’entreprise n’a besoin que de cet unique échantillon, qu’elle réutilise grâce à des repiquages successives.
Alors pourquoi ajouter dans ce cas «écologie» au mot biotechnologie ? Contrairement à d’autres entreprises, Codif ne fait que du naturel, comme l’explique Romuald Vallée : "Codif Technologie Naturelle utilise des technologies de culture à haute valeur ajoutée pour faire pousser des plantes et des algues, à l’identique de leur environnement naturel." 
La culture bioth-ecology, est une culture qui ne s’oppose pas à la culture en serre. En fait, elle ne s’applique qu’aux micro-organismes et aux algues rares ou fragiles. Pour ces éléments, la bioth-ecology est une technologie de «copier-coller» du vivant. Dans ce mode de culture, des conditions de vie spécifiques, correspondant à celles de l’habitat naturel de l’organisme, sont recréées. Par exemple, certains micro-organismes produisent des EPS grâce aux courants créés par une tempête. Dans ce cas, l’entreprise applique ces conditions au micro-organisme dans ses bioréacteurs. Et comme tous les éléments sont contrôlés lors de sa culture, il est possible pour Codif Technologie Naturelle de produire ses principes actifs de manière encore
plus vertueuse. 


L’entreprise peut en effet utiliser une lumière alimentée par de l’électricité verte par exemple. Selon Romuald, le but ultime de l’utilisation des bioth-ecology par Codif est «de prendre la nature, qui est déjà une oeuvre d’art, et d’en extraire la quintessence pour éliminer tout ce qui la parasite.» Aujourd’hui, Codif Technologie Naturelle propose 49 principes actifs. Parmi eux, 22% sont issus de bioth-ecology, 18% sont issus de cultures sous serre et 18% sont issus de récoltes vertueuses (certifiées bio).

Toutes les actus